École des amours

École des amours

mardi 29 janvier 2013

Écriture prolifique et orthographe

Ma grande écrit beaucoup, beaucoup d'histoires. Elle broche plusieurs feuilles pliées en deux avec une couverture rigide sur le dessus, et elle dessine, puis écrit des histoires. Tout ceci me donne du beau matériel pour travailler l'orthographe. ;) Je suis chanceuse, elle ne rechigne pas à corriger ses textes, elle semble même avoir le souci que se soit écrit comme il se doit. 

Je vous parlais l'année dernière de l'écriture spontanée et de la non correction des fautes afin de conserver le goût de l'écrit ; l'enfant écrivant phonétiquement lorsqu'il commence à écrire. À l'étape de l'écriture spontanée, les écrits ne restent pas (souvent fait avec l'alphabet mobile), mais à l'étape où est  ma grande les écrits restent davantage, et se doivent d'être corrigés, d'autant que bien souvent les livres qu'elle écrit se retrouvent dans sa bibliothèque et sont relus. Il est donc important de les corriger afin que l'enfant n'enregistre pas le mauvais orthographe. Évidemment, tout est dans la manière d'aborder la correction des erreurs. Un texte souligné tout en rouge peut être assez démoralisateur. J'ai lu que certaines personnes soulignent plutôt les mots correctement orthographiés afin que l'enfant voit, oui qu'il y a des mots à corriger, mais qu'il y a aussi de nombreux mots qu'il a bien écrit. 

Pour le moment, avec ma grande, je ne souligne pas dans ses livres (elle n'aimerait pas que je mette des lignes partout dans ses précieux livres ;). Par contre, je lui mentionne le bon orthographe des mots mal écrit, et elle corrige sans que j'ai à lui imposer. Je crois qu'elle a très bien compris qu'il est normal de faire beaucoup de fautes au début, que cela vient avec le temps et la pratique. Le français est fort complexe, il y a tout de même une énorme banque de mots à acquérir et des règles d'orthographe à apprendre. Bref, un long parcours avant d'écrire sans faute (ou presque :). 

Pour le moment, ma grande n'a pas de mots d'orthographe à apprendre à chaque semaine. Je profite plutôt de ces écrits pour lui construire peu à peu une belle banque de mots. Déjà je constate beaucoup de progrès depuis le début de l'année. 

Exemple ici où je n'avais pas encore mentionné que 'alor' s'écrit avec un 's' puisqu'elle a prise cette photo suite à l'écriture de ce livre, alors que je couchais sa petite soeur. Ce n'est pas l'exemple le plus parlant puisque c'est ici la photo de son résumé sur la 4e couverture. ;) Mais bon, c'est ce que j'ai sous la main! ;) Bref, on constate qu'elle a écrit 'trop' avec un 'p' et 'dit' avec un 't'. Ce n'est plus une écriture phonétique, elle commence à enregistrer peu à peu l'orthographe de certains mots. 

Afin de soutenir l'édification de sa banque de mots, je lui aie fait un petit porte-clé de mots d'orthographe. Mon principe : chaque jour sur de petits carrées de carton, j'écris un mot (mot judicieusement choisi parmi les mots que je constate qu'elle écrit souvent mal ou alors des mots que je sais fréquent dans les écrits). Chaque jour, elle se choisit aussi un mot dont elle aimerait en connaître l'orthographe. Cela lui fait donc deux mots par jour. Tous ces mots, je les attache avec un anneau. Elle adore le principe, et au départ, elle voulait même plus que deux mots par jour. Par contre, je lui aie expliqué que nous allons patienter, et s'en tenir à deux mots par jour. Trop de mots, et ils finiraient par 'se noyer' parmi les autres. Ma grande a souvent besoin que l'on modère ses ardeurs! ;) Elle veut souvent trop, trop vite. À souvent trop de projets en tête, et n'a pas le temps de tout terminer (je pense beaucoup à son Atelier des Arts du samedi où elle déborde d'imagination et d'idées, et se retrouve bien contrariée lorsque l'atelier se termine sans qu'elle n'aie pu tout finir). Bref, ici, comme ailleurs, je tente de lui apprendre que les apprentissages se construisent tranquillement brique par brique. ;) 



Avec ces deux mots par jour, elle invente une phrase que je lui écris, et qu'elle recopie. De son propre initiative, elle a décidé que je ne devais pas écrire ces deux mots nouveaux afin qu'elle cherche elle-même leur orthographe dans son porte-clé. Très bonne idée mon Amour! ;) 

Bref, depuis le début de l'année, ma grand acquière une belle banque de mots telle que : girafe, train, mais, avec, beaucoup, aime, oiseau, maison, dedans, les, et, etc, etc. Je suis littéralement fascinée, chaque fois que je vois un de ces textes, de constater les mots dont elle intègre l'orthographe. Oui, je vois ces erreurs, et je lui mentionne, mais je suis surtout impressionnée par les mots bien orthographiés, et je lui fais remarquer ses progrès. Elle m'impressionne ma grande fille! Et tout cet apprentissage qui se fait tout naturellement en partant de son vécu, de ses écrits. N'est ce pas merveilleux!

Je termine avec cette photo de ma grande qui venait de terminer son premier cahier de français (Alphabétik cahier A ; nous venons donc de commencer le B). 
Elle a passé une heure sur le divan à revoir toutes les pages, relire des parties dans une totale concentration. Le dîner était prêt, et je n'aie pas osé déranger cette belle concentration, alors tant pis, on a mangé froid! hihi! Je ne peux que faire des interprétations de ces motivations internes à faire ça, mais il m'a semblé y voir là une sorte de fierté de cet accomplissement, revoir tout ce qu'elle a appris. Je ne sais pas, mais elle était magnifique! 


samedi 19 janvier 2013

Fascination du 4!

Je mentionne dans le titre que ma grande a une fascination pour le 4, et c'est vraiment le cas.

Il y a quelques mois, elle me disait que les chiffres pairs étaient ces chiffres préférés. Ensuite, elle me dit que 4 est le chiffre pair qu'elle préfère.

Depuis ce temps, elle me sort des phrases comme :

'2+2=4 ...2 chiffres pairs et j'aime les chiffres pairs. En plus, cela donne 4 qui est mon chiffre pair préféré' étant sa première phrase de calcul avec les 4, il y a quelques mois.

Puis, il lui arrive de me faire des additions ou des soustractions pour le plaisir, et je dois résoudre avec les timbres ou le boulier. Pour ce faire, elle doit faire ces propres calculs. Elle y arrive très bien sans matériel, et s'amuse même à 'travailler' les calculs afin que cela donne ceci :

9876
-
5432
=
4444

Elle m'a démontré sa fierté d'avoir soustrait deux nombres en ordre décroissant et que cela fasse un résultat de 4444!


L'autre jour, ma grande me dit :

4 4 , c'est 16!

Je lui dis : 'Ah oui?' pour susciter chez elle plus d'explication.

Elle me dit : 'mais oui, 4+4+4+4=16... 4X4=16'

Ok, mais d'où elle sort ça elle? Je ne lui aie pas encore parlé de multiplication. M'enfin, lorsque nous y arriverons, elle a déjà un très bon point de départ! ;)


Cette semaine, il faisait son travail avec la table des doigts pour la mémorisation de l'addition. Elle devait trouver le résultat de 8 + 8, et arrive donc à 16. Tout de suite, j'ai vu son regard plongé dans une réflexion, et rapidement conclure : 'mais oui, dans 8, il y a deux 4, et puisqu'on additionne deux 8, cela fait 2 fois deux 4, donc il y a quatre 4, donc 16'. 

J'adore entendre ma grande jongler ainsi avec les chiffres. Je trouve toute cette capacité de raisonnement bien fascinante. Ma grande n'est pas bien passionnée par la mémorisation, les activités répétitives de mathématiques, mais elle adore les défis qui demandent de la réflexion. Je lui propose d'ailleurs depuis quelque temps des résolutions de problèmes mathématiques qui la ravissent. 

8 + 8 = 16 (ben, oui, 4+4 =8, donc 2 huit, = 2 4 + 2 4, donc 16 !Je

dimanche 13 janvier 2013

Les débuts de la grammaire

Depuis le début de l'année scolaire, nous avons parcouru déjà un bon petit chemin en grammaire avec ma grande. En voici le parcours : 

1. Introduction de la notion de nom
2. Déterminants, articles définis et indéfinis
3. Introduction des symboles de nature de mots du groupe nominal (présentation de l'adjectif)
4. Présentation du verbe

1. Introduction de la notion de nom

La première activité consiste à introduire la notion de nom. Pour se faire, rien de plus simple, il suffit d'écrire sur un petit billet un nom de quelque chose présent dans la pièce, exemple : livre. On écrit le mot devant l'enfant, puis nous plions le papier. Ensuite, l'enfant déplie le papier, on lui demande de lire le mot, et d'aller chercher ce qui correspond au mot écrit. L'enfant apporte le livre, et on lui dit : 'tu vois ceci a un nom 'livre'. On poursuit avec d'autres choses qui se trouvent dans la pièce et, si possible, on écrit également des noms d'animaux ou de personnes parce que les noms ne sont pas que des objets. Pour ma grande, j'ai écrit 'livre' 'cube', 'tapis', le nom de sa soeur, 'triangle', etc. Bref, des mots dont je sais qu'elle pouvait lire aisément (démonstration faites en septembre). 


Ensuite, on dit à l'enfant qu'on va lui faire une farce et on écrit sur un billet un nom de quelque chose qui ne peut pas être apportée. Pour ma part, j'avais inscrit 'montagne'. Ma grande m'a pointé une montagne, et je lui aie dit : 'peux-tu me l'apporter?' Évidemment, elle m'a dit 'non'. J'ai demandé 'pourquoi?' et elle m'a répondu : 'parce que c'est trop gros.' ;) Je lui aie dit quelque chose comme (ça fait longtemps, donc je ne me souviens plus de mes paroles exactes) : 'C'est bien vrai, tu ne peux pas me l'apporter parce qu'elle est trop grosse, mais on peut en parler. 'Montagne' est aussi un nom parce qu'on peut en parler'. Ma grande a adoré cette petite 'farce' et a voulu que je lui en fasse d'autres comme 'lune', 'maison', 'arbre', etc. 

À la fin de cette introduction au nom, j'ai conclu en lui disant que tout a un nom : les animaux, les êtres humains, les objets, les pays, les villes, les arbres, etc. Je lui aie également dit que lorsque l'homme a commencé à parler, il a eu besoin de nommer les choses et les êtres vivants afin de savoir de qui ou de quoi on parle. Le nom est donc le mot qui nous indique de qui ou de quoi on parle. 

Toute cette mise en scène fût très efficace!     

2. Déterminants articles définis et indéfinis

Quelques jours plus tard, j'ai poursuivi avec une petite activité qui introduit les déterminants articles définis et indéfinis. Ici, le but n'est pas l'introduction au vocabulaire 'déterminant, défini, indéfini...', mais simplement de comprendre la distinction entre un article défini et un article indéfini. 

Pour se faire, nous préparons un plateau avec plusieurs animaux dont certains que l'on retrouve en plusieurs exemplaires. Pour ma part, j'avais mise 4 cochons, 3 chevaux et 1 chèvre. 

Pour commencer nous écrivons sur un papier : 'un cheval' et nous plions le papier. Nous donnons le papier à l'enfant en lui demandant de nous donner ce qu'il y est inscrit. L'enfant nous donne un des chevaux, et on lui demande : 'est ce que tu avais le choix entre plusieurs chevaux ou il n'y avait que celui-ci?' Il y avait 3 chevaux, donc l'enfant répond qu'il avait le choix. On écrit un autre billet 'un cheval' et on repose la même question. Puis, pour le troisième et dernier cheval, on demande à l'enfant : 'et si je t'en demande un autre, est ce que tu as encore le choix entre plusieurs?'. L'enfant répond 'non' et alors nous lui montrons que pour ce dernier nous allons écrire sur le billet 'le cheval' en insistant sur LE. 

Ensuite, on fait la même chose avec tous les animaux du plateau en inscrivant : 'un ou une' si l'enfant a le choix entre plusieurs et 'le ou la' si l'enfant n'a pas ou n'a plus le choix entre plusieurs. 

Tout au long de la démonstration, on prend le soin de classer les animaux en deux colonnes : une pour les animaux avec un article indéfini (un, une) ou une autre pour les animaux avec un article défini (le, la, l'). À la fin, nous faisons remarquer à l'enfant ce classement. Nous lui disons quelque chose comme : 'tu vois les petits mots devant les noms? Ces petits mots accompagnent le nom. Quand on a le choix entre plusieurs, on dit 'un ou une' (et on pointe la colonne des articles indéfinis) et quand on n'a pas le choix, on dit 'le ou la' (et on pointe la colonne des articles définis)'.

Encore une fois, une mise en scène très efficace! Je me souviens encore de ma grande qui m'a reprise alors que je lui demandais : 'est ce que tu veux une purée?' Elle m'a répondu : 'non maman, tu dois me dire si je veux LA purée puisqu'il n'en reste qu'une!' ;)

On fait également cette présentation pour LES et DES. Exemple : si on demande DES cochons, l'enfant doit donner plusieurs cochons, mais pas tous et si l'on demande LES cochons, l'enfant doit donner tous les cochons. 

3. Introduction des symboles de nature de mots du groupe nominal (présentation de l'adjectif)

Puisque tout allait bien dans notre entrée en grammaire, quelques jours plus tard, j'ai poursuivi avec l'introduction aux premières natures de mots avec les symboles Montessori. En Montessori, pour l'étude des natures de mots, chacune est associée à un symbole. Ceci ressemble également à la méthode employée dans la grammaire en 3D.

Donc, pour la première présentation aux premiers symboles de nature de mots (ceux du groupe nominal), nous mettons quelques objets semblables, mais de couleurs différentes. Pour ma part, c'était des fleurs en carton que j'avais mise dans un plateau. Il en faut un moins trois. Toujours le même procédé que depuis le début, on écrit un mot et l'enfant doit nous donner ce qui est inscrit dessus. Donc, on commence par écrire 'une fleur'. L'enfant prend une fleur et nous l'a donne, mais on lui mentionne que oui, c'est une fleur, mais que ce n'est pas celle qui nous voulions. L'enfant fait une autre tentative infructueuse, et alors on dit à l'enfant : 'attends, ainsi tu ne peux pas savoir laquelle je souhaite' et on écrit un nouveau billet avec cette fois la couleur de la fleur désirée, par exemple : 'la fleur orange'. Noté qu'au départ, nous écrivions 'une fleur', mais qu'à présent, nous écrivons 'la fleur orange' puisqu'il y a qu'une fleur orange. 

Par la suite, nous écrivons deux autres billets comme : 'la fleur bleu' et 'la fleur jaune'.    

C'est ensuite que les symboles de nature de mots sont présentés. Pour les trois billets, on pose la question : 'quel est le mot qui nous indique de qui ou de quoi on parle?' J'ai mentionné à ma grande que nous allions placé des triangles noirs au-dessus des mots qui nous indiquent de qui ou de quoi on parle. Donc, pour cette première présentation, ma grande avait collé des triangles noirs au-dessus de chaque mots 'fleur'. Ensuite, on demande à l'enfant : 'quel est le mot qui indique s'il y en a un ou plusieurs?'. On colle donc un petit triangle bleu foncé au-dessus des déterminants 'la'. Finalement, on demande à l'enfant 'qu'elle est le mot qui nous indique comment est ce qu'on en parle?' et on colle au-dessus de l'adjectif un triangle bleu pâle.

À noter que les formes et couleurs choisis diffèrent de celle du livre dont je faisais mention ci-haut (Grammaire 3D). À chacun de choisir. Pour ma part, j'ai opté pour ceux de la pédagogie Montessori puisque c'est plus facile de m'y retrouver puisque j'utilise beaucoup cette pédagogie, et aussi parce que j'avais en ma possession un document qui me permettait d'imprimer ces symboles de nature de mots sur des pages autocollantes afin de pouvoir les utiliser pour cette activité. C'est ce que je faisais au départ, c'est à dire découper les symboles de nature de mots afin que ma grande les colle sur les phrases qu'elle avait à analyser. Après, un certain temps, j'ai opté pour le dessin, donc ma grande dessine simplement les symboles de nature de mots au-dessus des mots. Elle a également le choix d'utiliser les symboles en carton non collant, mais comme elle préfère que son travail reste visible afin de le coller dans son cahier de grammaire, elle préfère le dessin.

Voici le document que l'on peut acheter en téléchargement d'où proviennent mes symboles de grammaire. Il provient du site l'école vivante.


Donc, voilà pour la présentation des trois premières natures de mots (nom, déterminant et adjectif - vocabulaire que l'enfant n'a pas encore à cette étape-ci sauf pour le nom, mais cela viendra plus tard. Comme toujours en Montessori, d'abord présenter les concepts dans le concret avant d'en introduire le vocabulaire). Suite à cette présentation, j'ai régulièrement donné des groupes nominaux à analyser à ma grande. Au départ, j'ai commencé par des groupes nominaux avec la même structure 'déterminant, nom, adjectif', pour finalement varier un peu la structure, donc en inversant les natures de mots et en ne choisissant pas toujours des noms de couleurs comme adjectif.

Au départ, et jusqu'à ce que cela soit nécessaire, on guide l'enfant en lui rappelant les questions à se poser : 

1. .de qui ou de quoi on parle?' pour trouver le nom
2. 'est ce qu'il y en a un ou plusieurs?' pour trouver le déterminant
3. 'comment est ce qu'on en parle?' pour trouver l'adjectif 

Toute cette analyse grammaticale a été réalisé avec une telle facilité et dans le plaisir pour ma grande. Je n'en revenais pas d'aborder tout ça avec ma grande si tôt et avec tant de facilité. Comme quoi, ces notions peuvent être très bien accessible à l'enfant, tout dépend de comment la chose est présentée.

4. Présentation du verbe

Après avoir présenté le nom, le déterminant et l'adjectif, est venu le temps de la présentation du verbe qui a beaucoup plu à ma grande. Toujours le même fonctionnement avec des mots à lire (ici silencieusement) que nous écrivons devant l'enfant. D'abord, on écrit le nom de l'enfant sur un billet que l'on place sous un triangle noir (symbole du nom). Ensuite, nous écrivons des verbes à l'impératif présent et l'enfant doit mimer l'action inscrite et nous devons deviner ce que l'enfant mime. Après quelques billets, nous disons à l'enfant que tous les mots qu'il vient de mimer répondent à la question : 'que fait-on?'. Nous lui expliquons qu'au-dessus de ces mots, nous allons coller des cercles rouges. 
  

J'ai également présenté le verbe d'une manière encore plus imagée puisque je savais que ma grande serait bien captive de ce type de présentation. Cela consiste à utiliser des symboles en 3D (pyramide noire pour le nom et sphère rouge pour le verbe).

Rapidement, il s'agit d'écrire le prénom de l'enfant sur un billet, d'y coller au-dessus le symbole du nom (triangle noir) auquel l'enfant est déjà familier, et d'expliquer que l'on peut également représenter le nom par une pyramide noire. Ensuite, on prend la pyramide dans notre main, et on bouge notre main en expliquant à l'enfant : 'tu vois, la pyramide dans ma main ne bouge pas même si je bouge ma main. Le nom ne bouge pas. Si je dis ton nom, tu sais que je parle de toi, mais tu ne fais rien'. On explique ensuite que la pyramide est noire comme le charbon parce que le charbon est une matière très ancienne sur la terre, comme les noms qui sont les mots les plus anciens dans les langues. En effet, pour pouvoir parler, les hommes ont dû d'abord donner des noms aux choses. 

Ensuite, on mentionne à l'enfant que lorsque l'on met du charbon dans le feu, il devient rouge. On lui montre ensuite la sphère rouge et on explique que celle-ci est rouge comme le charbon qui brûle. On mentionne également que la sphère a la même forme que le soleil qui est une grosse boule de feu. On explique que s'il n'y avait pas de soleil sur la terre, il n'y aurait pas de vie sur la terre. À ce moment, on place la sphère rouge dans notre main que l'on fait bouger afin que la sphère roule un peu. On souligne à l'enfant que la sphère bouge dans notre main. On lui explique que la sphère est le symbole du verbe, le mot qui indique ce que l'on fait, le mot qui donne vit au nom (comme le soleil qui permet la vie sur terre). Ensuite, je me suis lancée dans plusieurs démonstrations avec les divers billets étalés en colonne vus précédemment. Exemple : Je lis le nom 'Grande Amour' (le nom de l'enfant ;), et je montre la pyramide noire dans ma main gauche, puis je dis 'il ne se passe rien, tu fais rien' puis je lis 'saute' et tout en faisant rouler la sphère dans ma main droite, je dis : 'là, il se passe quelque chose, tu fais quelque chose'.


Tout ceci est rapidement résumé afin de faire connaître ce que l'on fait, mais je n'aie rien inventée. J'invite donc fortement mes lecteurs à aller lire le blog qui m'a été le plus utile pour toutes ces étapes à suivre pour l'introduction à la grammaire. Je parle évidemment du blog de Libellule. Tout ceci y est plus longuement et plus clairement expliqué en plus d'être bien illustré. Bref, une belle aide afin de bien comprendre tout ceci. 

Ensuite, j'ai présenté fréquemment des phrases à analyser à ma grande. D'abord, j'écrivais des billets d'ordre à lire silencieusement, puis mimer pour me faire deviner ce qui est écrit. Finalement, elle devait faire l'analyse grammaticale de ces phrases.


Par la suite, j'ai écrit des phrases plus variées. Pour chacune des phrases analysées, ma grande devait se poser chaque fois les questions suivantes dans l'ordre : 

1. de qui ou de quoi on parle? pour trouver le nom
2. est ce qu'il y en a un ou plusieurs? pour trouver le déterminant
3. comment est ce qu'on en parle? pour trouver l'adjectif 
4. que fait-on? pour trouver le verbe


Jusqu'ici, toutes ces activités peuvent être facilement réalisable par quiconque. Pour la suite, les boîtes de grammaire demandent plus de travail de fabrication pour faire les boîtes de bois ou d'argent pour les acheter. Mais, je sais que certaines se débrouillent pour faire ça plus simplement et c'est également très beau, notamment sur ce blog.  

Donc, à la suite de ces présentations, j'ai sorti les Boîtes de grammaire à ma grande. En tout, il y a 8 boîtes de grammaire.


1. déterminant et nom
2. déterminant, nom et adjectif
3. déterminant, nom, adjectif et verbe
4. déterminant, nom, adjectif, verbe et préposition
5. déterminant, nom, adjectif, verbe, préposition et adverbe
6. déterminant, nom, adjectif, verbe, préposition, adverbe et pronom
7. déterminant, nom, adjectif, verbe, préposition, adverbe, pronom et conjonction
8. déterminant, nom, adjectif, verbe, préposition, adverbe, pronom, conjonction et interjection


Pour les phrases et les billets des différentes natures de mots, ils proviennent du fabuleux blog Family and Co. Merci encore à cette maman pour ce généreux partage de son travail titanesque!


Pour ce matériel, l'enfant prend une 'phrase' de la boîte de grammaire, et après l'avoir lu, il reforme cette phrase en-dessous en se servant des billets-mots présents dans les différents compartiments de la boîte. Exemple : l'enfant lit 'le mouchoir', puis il trouve le déterminant 'le' dans le compartiment des déterminants. Ensuite, il cherche le mots 'mouchoir' dans le compartiment des noms. 



Par la suite, l'enfant pose les symboles de nature de mots au-dessus des billets-mots, donc un petit triangle bleu foncé au-dessus du déterminant et un triangle noir au-dessus du nom. L'enfant poursuit ainsi avec les autres 'phrases'. 


Pour la première boîte, il y a trois séries de 'phrases' : 1ère série avec les déterminants 'le et la'
                                                                                 2e série avec le déterminant 'l'
                                                                                 3e série avec le déterminant 'les'

Tout ce matériel est bien expliqué dans le document sur le langage de l'école vivante.



D'ailleurs, je recommande fortement tous leurs documents Pas à Pas sur la pédagogie Montessori. Se sont les documents les plus clairs, les mieux fait et les plus complets que j'ai trouvé jusqu'à présent. Très utile pour ceux qui, comme moi, ne sont pas formés à cette pédagogie.

Pour terminer, ma grande écrit quelques-unes de ces 'phrases' dans son cahier de grammaire en y dessinant les symboles de nature de mots.  


Après les Fêtes, je vais lui sortir la 2e boîte, donc avec l'ajout de l'adjectif.

Bref, plusieurs supports variés afin de faire travailler régulièrement l'analyse grammaticale. Il y a également les cartes d'analyse grammaticale de la boutique Montessori et les bandes de grammaire Montessori également de la boutique Montessori dont je vais me servir dès janvier. Ces documents sont tout simplement merveilleux!

 Ma grande met les symboles correspondant au-dessus de chaque nature de mots en se posant les questions mentionnées ci-haut.
Ensuite, elle tourne les cartes pour l'auto-correction!


Jusqu'ici, j'écrivais les phrases à la main sur bande de papier, mais je commençais à manquer d'inspiration pour les phrases à écrire, donc ces documents me seront d'un bon coup de pouce en temps gagné. ;) Et puis ces documents sont tellement géniaux avec l'auto-correction au verso de chacune des phrases analysées par l'enfant.

Concernant la grammaire Montessori, vous trouverez sur ce blog un dossier très complet. Vous y trouverez également les symboles de nature de mots à imprimer.

Ouf quel long billet! Je tenais à tout écrire dans un même billet les premières étapes de la grammaire Montessori puisque j'avais moi-même du mal à savoir par quoi commencer et quoi faire ensuite. J'ai donc voulu présenter toutes les premières étapes de manière séquentielle. 

Dans un prochain billet, je poursuivrai avec la présentation de la notion de masculin-féminin que j'ai également présentée à ma grande (étape qui vient normalement après les débuts du travail avec les boîtes de grammaire). 

La prochaine nature de mots qui sera présentée à l'enfant est la préposition, mais d'abord l'enfant travaille longuement sur les notions contenues dans ce billet ainsi que les notions «genre et nombre des noms». On peut également présenter le matériel des Flèches de fonction à l'enfant