École des amours

École des amours

mardi 29 mars 2016

Hommage à Hélixane

Aujourd'hui, j'ai envie de rendre hommage à une petite guerrière extraordinaire que j'ai connu : Hélixane qui a été emporté par cette f&/*! leucémie le 26 mars dernier. Un article difficile à écrire, car cela me remue énormément.  


C'est d'abord par le biais de ses rires merveilleux que j'ai fait la connaissance de cette adorable petite fille de 5 ans. Le ciel venait de nous tomber sur la tête en recevant le diagnostic de leucémie de ma puce. Ma puce venait d'être transférée à l'unité d'oncologie pour enfant pour commencer ses traitements après des journées intenses d'examens et d'opérations pour poser son PAC pour recevoir les chimios. Les premières journées, elle était très malade et affaiblie. Elle dormait beaucoup et nous passions donc notre temps avec elle dans la chambre avec toutes nos angoisses et notre tristesse. Le matin, alors que ma puce dormait encore, j'entendais des petits rires d'enfants adorables qui me faisaient un bien immense. Je me couchais le soir, et j'entendais encore les rires de cette enfant qui me réchauffaient le cœur après une journée difficile. 

Puis, ma puce commençait à se sentir mieux, elle commençait à sortir un peu de sa chambre et elle est venue jouer avec elle. Je suis tout de suite tombée sous le charme de cette petite fille pleine de vie. Elle avait une joie de vivre et une énergie incroyable. Je me souviens encore de ses visites dans notre chambre où ma puce et elle rigolaient ensemble en jouant avec un ballon de baudruche de princesse. Je me souviens encore de la joie que j'avais ressenti en voyant ma puce courir auprès d'elle, pleine de joie, alors qu'elle était si affaiblie depuis le début des traitements. Je me souviendrai toujours de leur petite promenade à deux sur un tricycle dans le couloir de l'aile d'oncologie. Elles étaient si belles à regarder rigoler, chacune leur tour alternant celle qui pédalait et celle qui s'assoyait derrière en suivant le rythme avec leurs pieds qui touchaient le sol. Hélixane redonnait une belle énergie à ma puce et je savourais ce bonheur de voir ma puce rigoler et bouger ainsi à nouveau. 

Cette petite était vraiment incroyablement pétillante et énergique. Un jour, alors que nous parlions avec ses parents qui nous avaient gentiment invité au manoir où ils dormaient, mon conjoint avait dit : «elle n'est pas tuable!». J'aurais tant souhaité que cela soit vrai. Cette adorable petite fille nous a quitté bercé par les bras de sa mère et entourée de l'amour de ses parents et de sa grande sœur. J'ai encore du mal à y croire. J'entends encore son magnifique rire, je vois encore ses mimiques incroyablement expressives que j'adorais, je ressens encore toute la joie de vivre et l'énergie qu'elle dégageait. Je ne peux pas croire, j'ai du mal à accepter que cette petite fille qui m'a tant touché ne soit plus de ce monde. 

Lorsque j'ai apprise la nouvelle, j'ai senti une onde de choc indescriptible me parcourir le corps. Le soir lorsque je me suis couchée auprès de ma puce, mes larmes n'ont cessé de couler. Lorsque je regarde ma puce, je ne peux m'empêcher de penser à ses parents extraordinaires qui n'auront plus la chance d'entendre rire leur petite, de la voir courir, de la câliner... Quelle injustice! Je sais que l'amour qui unit cette famille leur sera d'un grand secours pour panser leur plaie. J'aurais tant souhaité qu'ils n'aient pas à vivre cela ; ils ne méritaient pas cela. 

Une chose est certaine cette petite vit encore dans la mémoire de bien des personnes qu'elle a su toucher par sa personnalité pétillante, joyeuse, confiante. Je ne t'oublierai jamais belle Hélixane! Merci de ta belle candeur qui a rendu notre séjour à l'hôpital tellement plus agréable. Tu as égayé nombreuses de mes journées.    

9 commentaires:

  1. Quand j'ai trouvé ton commentaire sur mon blog hier où tu me parlais de la mort de cette petite fille, j'ai mal lu et j'ai cru que c'était de ta fille dont tu parlais et j'ai ressenti une immense douleur pour toi. J'ai été évidemment très soulagée, en relisant, de voir que ta puce allait bien mais je peux d'autant mieux comprendre toute la douleur et la peur que tu peux ressentir en ce terrible moment.
    Toute mes pensées t'accompagnent et mes prières pour que vous arriviez enfin à l'annonce d'une rémission en fin d'année. Câline fort ta puce (et ta grande, aussi ;-) ). Ça a dû être un sacré coup pour elle...
    PS: Envoie-moi un mail (voir sur mon blog pour l'adresse), j'ai une petite surprise pour toi ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Quel courage d'avoir écrit ce magnifique texte ! je comprends à quel point cela a pu te toucher, car, même sans la connaître, ni avoir vécu tant d'émotions en sa compagnie, mes larmes ont coulé en te lisant... bravo pour cet hommage ! c'est une si jolie initiative, une touche de poésie, dans un monde si dur aussi... mille pensées positives pour digérer cette mauvaise nouvelle : il faut, en effet, ne garder en souvenir que toute cette énergie, ce côté pétillant et cette joie de vivre, pour en faire un vrai beau souvenir à chérir...

    RépondreSupprimer
  3. MERCI de ce billet qui nous rappelle la chance que nous avons quand nos enfants sont près de nous...

    RépondreSupprimer
  4. Difficile de retenir ses larmes... Quand un ange traverse notre vie, on ne peut pas comprendre pourquoi il ne vit plus... Merci pour ces rires que j'entends résonner près de moi et très grosses bises à vous...
    Hier j'ai lu un livre où il semblerait que le pouvoir des pensées positives soient indéniables y compris à des km de là... Et bien j'envoie des milliers de pensées positives à ta puce pour qu'elle soit rétablie et je m'en vais de ce pas lancer un mot sur FB dans ce sens...
    Grosses bises.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas de mots.... Je suis infiniment desolée pour cette puce et cette famille....
    Plein de pensées pour vous tous...

    RépondreSupprimer
  6. Que d'émotions dans ce billet! Profitons de chaque instant passé avec nos proches et faisons fi de toutes les tracasseries banales du quotidien qui prennent bien souvent trop de place et concentrons-nous sur les choses essentielles telles que le partage d'instants précieux, des éclats de rire, des regards complices, des bisous et des câlins... Carpe Diem! Et une énorme pensée pour tous les enfants et parents qui vivent ce genre d'épreuve.

    RépondreSupprimer
  7. Mon message vient d'avoir été avalé... zut ! Plus le courage de tout réécrire.
    Alors sachez qu'on pense bien fort à vous et aux familles touchées par la maladie.

    J'ai vu qu'un dossier consacré aux méthodes de traitement du cancer doit paraître dans "Alternatif bien-être", peut-être cela vous intéresse-t-il ?

    En tout cas, de tout coeur on vous souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.
    Puisse votre poupette se porter au mieux avec son traitement !

    Amicalement,
    Suf.

    RépondreSupprimer