École des amours

École des amours

mardi 13 décembre 2011

Rendement académique

Plusieurs recherches ont porté sur cette question. Voici donc un résumé des résultats de plusieurs de ces recherches. Je ne parlerai pas de tous puisque cela deviendrait répétitif. 
  
- Le Washington Homeschool Research Project montrent que les craintes que les élèves éduqués à domicile soient désavantagés sur le plan de leur rendement scolaire comparé à leurs pairs fréquentant l’école ne sont pas confirmées (Wartes, 1990) puisque ceux-ci obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne nationale.

- Une étude de Richman, Girten et Snyder (1990) a permis de conclure que les résultats des études de Wartes pouvaient être généralisés à d’autres populations d’élèves éduqués à domicile (ici, population de l’état de Pennsylvanie), avec d’autres instruments d’évaluation et d’autres saisons d’évaluation (ici, à l’automne plutôt qu’au printemps).

-Une étude utilisant un large échantillon a été conduit à travers tous les États-Unis (Ray, 1997). Cette étude a été effectuée auprès de 5402 enfants provenant de 1657 familles. 1952 enfants de cette étude avaient complété un test de rendement académique durant les quatre derniers mois précédents l’étude. Les résultats sont très élevés dans tous les tests de rendement académique : lecture (87e percentile), langage (80e percentile), mathématique (82e percentile), compréhension orale « total listening » (85e percentile), sciences (84e percentile), études sociales (85e percentile), habiletés d’étude « study skills » (81e percentile), batterie de base (lecture, langage et mathématiques) (85e percentile) et batterie complète (87e percentile). Selon l’auteur de cette étude, tous les résultats sont significativement supérieurs à la moyenne nationale qui se situe au 50e percentile. 

-M. Ray (1994) a également conduit une étude sur les caractéristiques des familles et des enfants du Canada pratiquant l’éducation à domicile et sur le rendement académique. L’échantillon était composé de 2594 enfants provenant de 808 familles de toutes les provinces et territoires du Canada, bien que le Québec soit sous-représenté. Encore une fois, les résultats à ces tests sont plus élevés que la moyenne nationale (50e percentile): lecture (80e percentile), compréhension orale (84e percentile), langage (76e percentile), mathématique (79e percentile), sciences (82e percentile), études sociales (81e percentile), batterie de base (lecture, langage et mathématiques) (79e percentile) et batterie complète (82e percentile). Des résultats encore similaires se répètent dans l’étude de Van Pelt (2003, résumé dans Faris, 2006) effectué auprès de 1080 élèves canadiens. Dans cette étude, plus de 94% des élèves à domicile ont obtenu des résultats supérieurs à la moyenne canadienne. 

-L’étude de Rudner (1999) a permis de contrer certaines critiques des recherches citées jusqu'à présent. Notamment, elle a été réalisée par M. Rudner, un chercheur qui n’est pas relié au mouvement de l’éducation à domicile et dont les enfants ont fréquenté l’école publique. De plus, contrairement aux études précédemment mentionnées, les familles choisissaient de participer à l’étude avant de connaître les résultats au test de rendement de leurs enfants, ce qui réduit la probabilité que seulement les résultats plus élevés soient rapportés. Ainsi, la possibilité de rapporter des résultats élevés et de ne pas rapporter des résultats faibles était considérablement diminuée. 
Dans chaque matière et à chaque niveau, les enfants éduqués à domicile ont obtenu des résultats significativement supérieurs à ceux de leurs pairs des écoles publiques et privées. Puisque l’éducation à domicile permet à chaque enfant de progresser à leur propre rythme, presque un enfant sur quatre (24,5%) se situait à un niveau supérieur ou plus pour son âge. Dans la conclusion de son étude, M. Rudner (1999) note le fait que bien que les enfants éduqués à domicile obtiennent des résultats supérieurs à la norme nationale sur tous les tests utilisés, l’étude ne prouve pas que l’éducation à domicile est supérieure à l’école publique ou privée. Cette étude permet simplement de conclure que l’éducation à domicile fonctionne bien pour ceux qui ont choisi cette option éducative 

-Une des études les plus récente ayant été effectué sur cette question a été conduite en 2008 auprès de 11 729 participants dans tous les états des États-Unis, encore une fois par le président du NHERI, Dr. Brian Ray (2009). Encore une fois, les résultats aux tests de cette étude sont très encourageants concernant le rendement académique des jeunes éduqués à domicile. Les résultats aux tests se situant entre le 84e percentile et le 89e percentile, soit de 34 à 39 points au-dessus de la moyenne nationale (50e percentile). Par exemple, en sciences, les jeunes éduqués à domicile se situent au 86e percentile, soit 36 points au-dessus de la moyenne nationale. Les autres résultats aux sous-tests sont : lecture (89e percentile), langage (84e percentile), mathématique (84e percentile), études sociales (84e percentile), combinaison de lecture, langage et mathématique (88e percentile) et le total de tous les sous-tests mis ensemble (86e percentile).  

Puisque la plupart des études semblent démontrer que les élèves éduqués à domicile obtiennent des résultats comparables ou supérieurs à la moyenne, il serait pertinent de se demander s’il y a aussi des variables reliées aux caractéristiques des familles qui font ce choix éducatif qui pourraient expliquer ces résultats. Par exemple, les familles faisant l’éducation à domicile étant en moyenne plus éduquées, il est possible de se demander si les enfants éduqués à domicile ont parfois des résultats supérieurs à la moyenne simplement parce que leurs parents sont plus éduqués. Ainsi, on peut penser que ces jeunes auraient aussi eu des résultats supérieurs à la moyenne également s’ils avaient fréquenté une école publique ou privée.  
Je discuterai des liens avec des variables susceptibles d’influencer les résultats aux tests de rendement académique lors de mon projet article libellés : Ce qu'en disent les recherches. 

Références

Ray, B.D. (2009). Homeschooling across America: Academic achievement and demographic characteristics. Salem: National Home Education Research Institute.

Ray, B.D. (1997). Strengths of their own---Home schoolers across America: Family caracteristics, students achievement, et longitudinal traitsSalem: National Home Education Research Institute.  

Ray, B.D. (1994). A nationwide study of home education in Canada: family caracteristics, student achievement, and other topics. Salem: National Home Education Research Institute. 

Richman, H.B., Girten, W. et Snyder, J. (1990). Academic achievement and its relationaship to selected variables among Pennsylvania homeschoolers. Home School Researcher, 6 (4), 9-16.

Rudner, L.M. (1999). Scolastic achievement and demographic caracteristics of home school students in 1998. Education Policy Analysis Archives, 7 (8). Récupéré le 4 décembre 2008 de http://epaa.asu.edu/epaa/v7n8/

Wartes, J. (1990). Recent results from the Washington homeschool research project. Home School Researcher, 6 (4), 1-7.  

3 commentaires:

  1. J'ai lu en biais (mais j'y reviendrai). Merci d'avoir inclus tes sources.

    RépondreSupprimer
  2. C'est l'étudiante méticuleuse et critique en moi qui n'oublie pas de mettre les références. Je n'aime tellement pas lire des faits que les gens énoncent sans citer leurs sources, sans quoi je me met à douter du sérieux et de la véracité de ce qui est rapportée. ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bravo et merci de partager avec nous votre travail ��
    Cecile

    RépondreSupprimer